Communiqué / Publication


Le Prix Nobel de chimie 2019 récompense la recherche sur les batteries lithium ion

Cette année, trois scientifiques se sont vu décerner le prix Nobel de Chimie pour leurs travaux ayant contribué à la naissance des batteries lithium-ion "légères, rechargeables et puissantes".

Les batteries Li-on tirent leurs origines de la crise pétrolière des années 70, quand il était nécessaire de trouver un moyen de se passer des énergies fossiles. Michael Stanley Whittingham, de l’Université de Binghamton, dans l’État de New York (USA), avait créé un nouveau type de pile à base de TiS2 qui s’est avéré inutilisable car trop explosif.
Les batteries se sont réellement développées dans les années 80, quand les oxydes métalliques sont venus remplacer les sulfures comme le TiS2 utilisés précédemment.
Naquirent alors des batteries de 4 V : John Goodenough, chercheur à l’Université d’Austin au Texas (USA) avait démontré qu’en intercalant de l’oxyde de cobalt avec des ions lithium, il était possible d’obtenir des batteries bien plus puissantes que les précédentes.
Cette avancée inspira le chercheur japonais, Akira Yoshino, qui en 1985 utilisa le coke, un matériau carboné lui aussi capable de s’intercaler aux ions lithium. Ces travaux donnèrent naissance à une batterie légère, très résistante et pouvant être rechargée des centaines de fois.
Sans ce type de batterie, la téléphonie ainsi que les véhicules électriques ne seraient pas ce qu’ils sont aujourd’hui !

Pour retrouver l’article et connaître les origines des batteries Li-on ainsi que leurs propriétés physiques et chimiques, rendez-vous sur Les Techniques de l’Ingénieur.

Vous pouvez aussi accéder à la base complète des Techniques de l'Ingénieur en suivant le chemin d’accès ci-dessous :
BU Lyon 1 / Les Collections / Trouver des documents / Articles et Bases de Données / Techniques de l’Ingénieur

Publié le 28 octobre 2019