Campus,


Electromania !

Dans le cadre de la Fête de la Science 2016, les BU Lyon 1 vous proposent cet automne un large éventail de manifestations autour de l'électricité: découvrez le programme !

L’Électricité règle à ce point nos existences modernes que nous en oublions presque qu’elle est d’une découverte et surtout d’une exploitation récentes. Transports, télécommunications, éclairage, machinisme et industrie, tout ce quotidien de la « Vie électrique » que célébrait Albert Robida au XIXe siècle peuple notre imaginaire et nos représentations. Une histoire que s’attachent à retracer les manifestations de l’automne 2016.

Exposition Electromania
Le projet de cette exposition est de replonger deux siècles en arrière, à une époque où l’électricité était perçue, aussi bien par les scientifiques que par la société française, comme une nouvelle frontière à explorer, avec des applications infinies à conquérir.

Pour les savants du XVIIIe siècle, l’électricité c’était d’abord un ensemble de phénomènes mystérieux qu’il s’agissait d’essayer de comprendre et de théoriser, mais aussi de transformer en spectacle, en attractions, pour divertir le public des salons. Les applications se développent alors très vite dans une multitude de domaines, dont nous présentons des exemples dans l’exposition.

Un domaine inattendu, mais très présent jusqu’au XXe siècle, c’est l’utilisation de l’électricité dans la médecine, pour soigner toutes sortes de pathologies ; l’exposition lui réserve une large place. Avec notamment le célèbre baquet de Mesmer, dont l’efficacité était douteuse, mais qui a eu une influence décisive dans tout le XIXe siècle, avec l’exploration du magnétisme et de l’hypnose, jusqu’à Charcot et Freud.

Bien sûr, au fil du XIXe siècle, on perçoit très bien la révolution que l’électricité peut apporter dans l’industrie, dans l’éclairage urbain, les transports, ou les spectacles. La vitrine de tous ces progrès, ce sont les expositions universelles, où l’électricité est célébrée comme l’emblème de la modernité.

Avec les pièces exposées, l’objectif est de faire ressentir la fascination de l’ensemble de la société pour l’électricité, avec ses rêves et ses utopies, mais aussi les frayeurs que la vie électrique suscite. La littérature en témoigne tout particulièrement, et notamment les romans d’anticipation.

Un des enjeux de l’exposition est aussi de montrer les résonnances avec notre société contemporaine : avec à la fois les interrogations sur le risque technologique, et les espoirs placés dans une science pionnière. L’exposition met donc en avant de multiples échos avec la création contemporaine. Elle présente :

- le courant esthétique steampunk, qui revisite le monde du XIXe en interrogeant son rapport à la technique,
- une sélection des travaux artistiques réalisés par des élèves de l’Ecole Emile Cohl, en rapport avec des instruments de physique anciens ou avec des textes littéraires.
- dans le domaine des sons, Mylène Pardoen, archéologue sonore a créé une fresque sonore sur l’électricité.
- dans le domaine des arts du spectacle, des comédiens, étudiants de l’ENSATT, ont enregistré des textes littéraires.

Cette exposition est le fruit d’une collaboration entre plusieurs universités, laboratoires, bibliothèques et écoles du site universitaire lyonnais.

Du 11 octobre 2016 au 7 janvier 2017, Galerie-BU, BU Sciences-Doua


Electricité, science et imagination: dessins Emile Cohl
Les élèves de l’Ecole Emile Cohl proposent une interprétation artistique d’instruments électriques anciens conservés à l’ESPE.

Du 11 octobre 2016 au 7 janvier 2017, BU Education Lyon Croix-Rousse et Saint Etienne


Spectacle ElectromaniaK’s par la Nième Compagnie
De la terreur fascinée devant la foudre au laser, qu’elle soit statique ou coure en tous sens, l’électricité est partout. ElectromaniaK’s entraîne les spectateurs dans une traversée littéraire, historique… et secouée.

11 octobre à 18h30 et 16 novembre à 18h, salle de conférence, BU Sciences-Doua


Conférence-débat : « L’électricité : progrès d’hier ou de demain ? »
Au tournant du XIXe siècle, le public découvre les merveilles de l'électricité qui investit peu à peu la vie quotidienne. Envisagée alors comme un progrès spectaculaire et fascinant, constitue-t-elle encore aujourd’hui la promesse de nouvelles conquêtes et innovations?
La conférence-débat confrontera trois regards sur l'électricité, issus de la médecine, de la physique et de la littérature.

Jeudi 13 octobre de 12h15 à 13h45, salle de conférence, BU Sciences-Doua


Ateliers : « Electricité: soyez au courant » (ILM)
L'ILM (Institut Lumière Matière) propose aux petits comme aux grands de se pencher sur l'électricité avec trois ateliers :
- L'énergie : ça se transforme: Comment obtenir l’énergie électrique ? A quoi sert l’énergie électrique ? Comment stocker l’énergie électrique ? Comment l’énergie se transforme ?
- L'électrostatique : ça charge : Pourquoi nos cheveux se dressent sur la tête ? Comment faire tenir un ballon au plafond ? Comment charmer un serpent en papier ? D’où viennent les éclairs?
- Les circuits électriques : ça circule : Qu’est-ce qu’une tension et un courant électrique? Comment fonctionne une pile ? Qu’est-ce qu’un matériau conducteur ?
Qu’est-ce qu’un isolant ? Pourquoi une lampe s’allume, clignote ou grille ?

13 et 14 octobre (pour les scolaires), samedi 15 octobre de 14h à 17h (accès libre, tout public), BU Sciences-Doua



Projection du film Le Prestige de Christopher Nolan
Robert Angier et Alfred Borden sont deux magiciens surdoués, promis dès leur plus jeune âge à un glorieux avenir mais l'émulation tourne vite à la jalousie, puis à la haine. Cette compétition acharnée conduira Augier à la rencontre de Nikola Tesla qui construira pour lui une machine futuriste…

Mardi 25 octobre à 18h30, Salle de conférence, BU Sciences


Ateliers scientifiques

Les étudiants du module Culture scientifique et technique de l’ESPE proposent des ateliers autour des mystères de l’électricité.

Du 10 au 19 octobre de 12h45 à 13h15, BU Education Saint Etienne


Conférence de Daniel Raichvarg: "L’électricité entre Diderot, Freud et Disney".

L’électricité a colonisé les mondes : celui de la raison (Denis), celui de l’amusement (Walt), celui de l’imaginaire (Sigmund). Cela peut être pour son bien mais pas toujours…En 3 actes – le mariage (avec Denis), la jeunesse (avec Walt), un amour fou, trop (avec Sigmund) - et une chute (avec nos invités surprise)...

Jeudi 10 novembre à 12h30, salle de conférence BU Sciences-Doua

.

Atelier électrique

L’électricité ne fait pas que des étincelles ! Elle sait aussi faire de jolis dépôts ou des bulles ! Ce qui permet d'argenter ou de cuivrer des objets décoratifs, des plaques d’imprimerie, de purifier les métaux, de fabriquer des produits industriels comme l'aluminium ou le chlore.
Des expériences d’électrolyse diverses permettront d’illustrer ces différentes possibilités.
Animés par Françoise Langlois

22, 23 et 24 novembre, 12h30, hall de la BU Sciences-Doua

Plus d'info sur les ateliers électriques dans l'agenda.



Colloque international

Merveilles électriques : Invention littéraire, vulgarisation et circulation médiatique (1740-1940) 

Les XVIIIe et XIXe siècles constituent une période essentielle dans l’histoire des découvertes sur le magnétisme et l’électricité. Elle se caractérise par l’élaboration d’hypothèses scientifiques viables, par la mise en place de procédures expérimentales à même de les étayer et, bien sûr, par le développement des applications techniques et pratiques qui en découlent : éclairage, énergie motrice, progrès dans les transmissions et les transports, etc.
Ces découvertes dans le domaine des fluides modifient définitivement le rapport au monde. Par le caractère spectaculaire des expériences menées et des progrès engendrés, l’histoire de ces découvertes s’ancre également dans l’imaginaire contemporain, suscitant une production abondante de textes et d’images. Ce colloque se propose d’analyser la diversité des productions scientifiques, littéraires et médiatiques, dont la circulation témoigne de deux siècles de fascination pour les « merveilles électriques ».

Mises en scène de l’expérience et mythologies du savant
Le caractère invisible des fluides électriques et magnétiques place au premier plan la dimension expérimentale de la science. Comment représenter cette science en train de se faire et à travers quelles visions du savant, entre pionnier héroïque et inventeur moderne ? Comment montrer l’invisible, expliquer les fluides, grâce à l’émergence d’une presse et d’une littérature de vulgarisation, visant un public toujours plus divers, depuis les cercles mondains des salons du XVIIIe siècle jusqu’au jeune public que la IIIe République entreprend d’instruire ?

Entre merveilles et légende noire : usages et valeurs de l’électricité
Les recherches sur le magnétisme et l’électricité ont conservé dans l’esprit du public une dimension aussi mystérieuse que spectaculaire dont témoigne en particulier la fascination occulte pour le corps électrisé.
Quel imaginaire naît de ces phénomènes ? Une légende noire, mettant l’accent sur les dangers de l’électricité et les menaces catastrophistes ; un émerveillement devant les usages urbains et fastueux de l’électricité (éclairage, expositions, spectacles).

Figurations utopiques et métaphores de l’électricité
Les progrès dans le domaine de l’électricité ouvrent des perspectives confiantes sur l’avenir. L’image devient allégorie : dans les métaphores révolutionnaires, la foudre signifie le terrassement de l’ordre ancien ; lors des Expositions universelles, la Fée Électricité se confond avec l’imaginaire du progrès. Comment le corpus littéraire joue-t-il de ces images pour relayer ces espérances ou pour les mettre à distance, dans des textes qui tiennent tour à tour de la célébration et de la satire

16 novembre : Salle de conférence de la BU Sciences, 10h30-18h
17 novembre :Maison Internationale des Langues et des Cultures, Amphithéâtre de la MILC - 35 rue Raulin - 69007 Lyon
18 novembre : École Normale Supérieure de Lyon, Amphithéâtre Descartes- 15, parvis René Descartes - 69007 Lyon







EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Publié le 16 septembre 2016 Mis à jour le 21 novembre 2016